Information de proximité : une indépendance en péril

4 Oct

Pour clore les débats sur la déontologie, les Assises proposaient jeudi un atelier pratique intitulé « Info de proximité et liberté ». L’objectif de ce débat portait sur les moyens de libérer les médias locaux de l’emprise des annonceurs et des politiques. En effet, les moyens financiers de cette presse régionale sont très limités en comparaison à ceux de la presse nationale. Par exemple, « Rue89 Strasbourg est dépendant à 85% des revenus publicitaires » reconnait Pierre France, fondateur de ce site local d’information

Quant à Gwenaëlle Guerlavais, elle a travaillé à La Croix pendant plusieurs années avant de  quitter le quotidien pour diriger la rédaction d’un quotidien du Languedoc-Roussillon. A son arrivée, elle a été choquée de l’absence d’indépendance de la presse locale qui ne vit que par la publicité. « On m’a dit un jour « Madame la rédac chef, n’oubliez pas que votre bulletin de salaire est payé grâce aux pubs qu’on vous amène ! » » La journaliste a donc décidé de créer son propre journal,” Jeudi tout”.

La dépendance économique, un frein à l’indépendance

L’indépendance est un idéal, mais il faut d’abord en faire une pratique. Pour Ivan Drapeau, rédacteur en chef-adjoint de La Charente Libre, il faut être capable de se tenir à distance le plus possible de ses annonceurs. Pour cela, Pierre France explique que pour son site il essaye de démarcher le plus d’annonceurs possible afin de ne pas avoir à subir de pressions.

Tous les intervenants semblent être d’accord, ce qui freine l’indépendance de la presse locale c’est l’économie. La dépendance que ressent face à sa hiérarchie d’un journaliste s’explique par la précarité. Il a besoin d’être payé à la fin du mois, et pour cela il doit parfois (voir souvent) traiter de sujets qui ne l’intéressent pas mais qui lui ont été imposés.

Mais une autre pression porte atteinte a l’indépendance de l’information de proximité, c’est la pression politique. Une grande majorité des subventions versées aux organes de presses locaux proviennent d’administrations et institutions telles que les collectivités territoriales… La pression que les politiques imposent aux journaux leur semblent donc légitime puisqu’ils « payent » : « on vous donne de l’argent, vous nous donnez du contenu. » Pour Gwenaëlle Guerlavais, l’indépendance politique « est une question d’attitude, il faut bien se positionner dès le début »

La concentration de médias, une solution miracle ?

Pour certains, lutter pour plus d’indépendance dans la presse locale est possible si l’on décide de rassembler certains organes de presse d’une même région entre eux, comme La Nouvelle-République et Centre Presse. Associés, les moyens financiers sont plus conséquents ce qui permet une plus grande liberté, et diminue la pression économique. Mais comme le souligne un journaliste présent dans l’assistance, « si la concentration donnait naissance a un plus grand souci de qualité, ca serait bien, mais c’est tout l’inverse». La mutualisation est faite au nom de l’économie et non du lecteur.

En conclusion, l’indépendance de la presse locale ne sera possible que si une indépendance économique s’établit. Une fois cette indépendance obtenue, l’indépendance hiérarchique suivra, ce qui permettra une plus grande liberté d’action et de ton. Pierre France nous met toutefois en garde, il faut faire attention à ne pas « utiliser l’indépendance comme un drapeau et s’affranchir des mesures économiques parce qu’on est journaliste ».

Anne-Laure Tricot

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: