Un Observatoire consacré à la déontologie

2 Oct

Didier Epelbaum ancien médiateur de France Télévisions et président de l’Observatoire de la Déontologie et de l’Information

Créé le 12 septembre 2012, l’Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI) a été officiellement présenté mardi à Poitiers par son président, Didier Epelbaum. Cette association loi de 1901 a un objectif clair : « contribuer par ses réflexions, ses travaux et la communication de ceux-ci à la prise de conscience de la déontologie dans la collecte, la mise en forme et la diffusion de l’information au public. »
L’ODI est né des Etats Généraux de la presse écrite lancés par le Président de la République en 2008. Parmi les trois recommandations énoncées au terme de ces rencontres (création d’un code déontologique commun, formation de base sur le droit et la déontologie pour tous les journalistes qui n’y ont pas eu accès lors de leur formation, création d’un observatoire de la déontologie), deux vont être réalisées : l’élaboration d’un passeport professionnel qui permettra de suivre 15 jours de formation de base portant sur la déontologie et la création d’un observatoire.
Didier Epelbaum affirme qu’il s’agit moins de dénoncer ou de sanctionner mais surtout de « mettre en valeur les bonnes valeurs du journalisme essentielles dans le bon fonctionnement d’une démocratie ». Sa vice-présidente Kathleen Grosset renchérit : «  l’ODI n’est pas un tribunal » mais une« veille déontologique qui servira à recueillir tous les faits en matière de déontologie ». Le traitement analytique et la réflexion s’organisera par groupes de travail, axés sur six thèmes :
  • exactitude et véracité de l’information
  • sources  (accès à, protection des, relations avec)
  • justice et faits divers (respect du droit et de la déontologie)
  • conflits d’intérêts individuels et collectifs
  • conditions de production de l’information
  • initiatives en faveur des bonnes pratiques de l’information
A ceux qui questionnent la légitimité de cet observatoire, Didier Epelbaum leur répond en faisant un inventaire de toutes les organisations et associations adhérant à l’Observatoire. Parmi elles : la Fédération Française des Agences de Presse, l’Ecole des Métiers de l’information ou encore l’Union syndicale des Journalistes CFDT.
Une présentation rondement menée, peu de question de l’assistance, est-ce le signe d’un consensus autour de la création de l’observatoire de la déontologie, ou de l’indifférence ? Le SNJ, principal syndicat des journalistes a quant à lui trancher, il s’apprête à créer son propre observatoire, qui sera discuté lors de son congrès annuel qui débute demain à Lyon.
Anne-Laure Tricot

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: